Annabelle3

  Ce film tant attendu, 3° des Annabelle -films eux-mêmes inclus dans la saga Conjuring- avait largement de quoi créer 1 ambiance particulièrement sombre & stressante. Alors, pour être sombre, il n'a pas fait les choses à moitié. La performance est là, & l'intrigue est à la limite du huis clos, dans la maison des Warren. Nous suivons, pendant 1 jour & 1 nuit, la fille du couple de démonologues, ainsi que sa baby-sitter & 1 amie de celle-ci, & cette fois, aucun adulte n'est là pour les aider. Fait qui se suffit à lui-même pour qu'on se doute que la situation ne sera pas facile à gérer... quand la seule qui s'y connaît 1 peu dans le domaine du surnaturel est la plus jeune des 3. D'autant que Judy a en plus la capacité de voir des fantômes. Pourtant, ces derniers ne tardent pas à se montrer aux 2 adolescentes. Les protagonistes passent ainsi leur nuit à déambuler dans la maison plus ou moins bien éclairée, avec des lampes qui semblent fonctionner seulement quand elles le veulent, & 1 brume si dense qu'on a parfois l'impression qu'il y en a dans la demeure, pour faciliter les choses...

 

  Tout annonçait 1 affrontement assez mouvementé. Surtout quand on sait qu'il s'agit non pas d'1, mais de plusieurs entités, ''réveillées'' par la poupée qui donne son nom au titre, & bien décidées à prendre cette maison pour 1 terrain de jeux & à ajouter 3 noms à leurs listes de victimes. Malgré tout, le résultat s'avère, selon moi, très frustrant, & ça m'ennuie d'en venir à cette conclusion, mais manifestement, les films d'horreur de ces dernières années ont très souvent du mal avec... leurs conclusions. Mais ici, ce n'est vraiment pas le plus problématique. Ce qui est réellement dommage, c'est que le film introduit les 1 après les autres des ''personnages'' qui mériteraient 1 long métrage à eux seuls, mais qu'à part l'1 d'entre eux -& la poupée, bien sûr-, aucun ne va plus loin que la séquence bien angoissante que l'on a maintenant coutume de voir dans les films de cette saga. La tension ne cesse de monter... en laissant souvent espérer plus.

 

  Mais pourquoi?! Il y a pourtant du ''matos'' (mieux vaut voir le film pour comprendre l'allusion...): 1 gros loup-garou sorti d'on ne sait où, la récente victime d'1 accident, 1 mariée 1 tantinet violente, 1 passeur escorté par quelques spectres, 1 fantôme de prêtre aux intentions floues, 1 vieux poste de télévision & 1 vieux téléphone qui ''fonctionnent'' encore, 1 armure de samouraï au passé tragique... Tellement de possibilités! Ou peut-être trop?

 

  On pourrait penser que le présent film a servi, entre autres, à nous présenter des esprits au centre d'histoires racontées dans 1 ou plusieurs suites. Moi, je veux bien! Mais si cela devait être le cas, je souhaite ne jamais avoir l'impression de voir le film de trop...